article de Laurent Zakowsky

Vous voulez commencer le violon, vous cherchez l'instrument adéquat, vous vous posez des questions sur la fabrication de votre instrument favori...C'est ici !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Alain44
Généreux donateur
Messages : 553
Inscription : dim. 16 sept. 2018 16:01
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : 44

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Alain44 » mar. 13 nov. 2018 13:40

J’aime bien les comparaisons, même si elles sont biasées, elles peuvent apporter un éclairage.

L’objet violon:
Il y a différentes gammes, un peu comme pour les voitures (pour les violons diviser par 10):
- l’objet basique mais qui rend service et fait quand même un peu plaisir à celui qui peut l’acquérir: la 104 d’occaz à 1000 €, oui elle n’ira pas très loin mais elle fait son job pendant un certain temps.
- l’objet correct qui va bien, qui fait plaisir: une bonne familiale pas trop ancienne à 10 000€. Elle emmènera assez loin, avec une certaine confiance.
- l’objet assez haut de gamme, qui fait bien plaisir, qui a quasiment les même fonctions de base que les modèles en dessous, mais qui a du prestige, qui a une bonne valeur de revente: une voiture luxe à 100 000 €
- l’objet d’exception, plus fait pour la course sur circuit ou l’exposition dans un garage climatisé: voiture de course ou ancienne à 1 000 000€
- on peut un peu continuer mais ça n’a pas trop d’intérêt

L’homme luthier:
Il y a différentes types d’activités
- le médecin généraliste traite et « répare » le courant, il peut orienter vers d’autres
- le spécialiste qui se concentre sur une partie de l’activité
- le grand chirurgien (ou autre) qui traite des cas très difficiles
- le grand chirurgien « esthétique » avec une clientèle très exigeante mais très aisée

Ce ne sont que deux comparaisons, limitées, mais qui avec l’éclairage de l’article, peuvent être intéressantes,
surtout si on croise les deux:
- le médecin généraliste s’occupe t il des petites occaz ou des voitures de course ?
- le grand chirurgien a du mal a considérer qu'une petite occaz puis satisfaire quelqu’un…
….
(en plus c’est drôle ! :D :tongue: )
Cheminer ou arriver: quel est mon but ? La musique est un chemin infini... ;)

Avatar de l’utilisateur
IFred
Messages : 3572
Inscription : mar. 21 août 2007 08:35
Pratique du violon : 14
Localisation : Paris
Contact :

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par IFred » mar. 13 nov. 2018 13:53

s'il avait joué un violon fabriqué par un petit luthier de province comme il y en a des tas ..
Dans les années 60-80 ?
Curieux que Chancel n'ait jamais invité un autre luthier "côté" comme Millant par exemple !
Certaine personnes sont plus douées que d'autre pour passer à la tv

@Alain44
la vision que tu proposes des violons est des luthiers est est désespérante , j'aurai beaucoup de mal à faire ce métier ou à jouer du violon si elle était la mienne :mellow:

Avatar de l’utilisateur
Alain44
Généreux donateur
Messages : 553
Inscription : dim. 16 sept. 2018 16:01
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : 44

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Alain44 » mar. 13 nov. 2018 14:05

L’auteur de l’article a écrit un bouquin,

https://livre.fnac.com/a11838941/Lauren ... lsrc=aw.ds

je l’ai commandé … pour tester plus à fond ses idées … ;)
et aussi pour le soutenir dans sa démarche de réflexion peu habituelle … :tongue:
Cheminer ou arriver: quel est mon but ? La musique est un chemin infini... ;)

Cedin16
Messages : 236
Inscription : mar. 1 août 2017 08:37
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Cedin16 » mar. 13 nov. 2018 15:02

Chanterelle a écrit :
mar. 13 nov. 2018 13:25
Cedin16 a écrit :
mar. 13 nov. 2018 10:02
@Chanterelle

Il y a eu un semblant de démarche dans ce sens ... Augustin Dumais avait joué un Violon en blanc de Vatelot il me semble....sans être dithyrambique il avait eu une excellent critique ( mesuré par son tempérament et la bien séance de rigueur) par rapport a son violon de l'époque , un strad ?
Oui Dumay joue un Strad ,j'ignorais cet événement concernant le violon en blanc de Vatelot .Mais l'histoire aurait été plus belle encore s'il avait joué un violon fabriqué par un petit luthier de province comme il y en a des tas ...Vatelot (Dieu ait son âme) ne perdait jamais une occasion de se mettre en valeur . Curieux que Chancel n'ait jamais invité un autre luthier "côté" comme Millant par exemple ! A moins qu'aucun de ces célèbres artisans n'aient éprouvé le besoin de parader à la télé en refusant l'invitation ?
Le petit luthier n'intéresse personne , a la télé ! aussi bon soit il ! il faut être capable de vendre du rêve du rêve cher, c'est ça que les gens veulent devant leur poste !
Le luthier qui fait Paris New York en avion pour remplacer une minuscule pièce de bois - un chevalet- pour que le soliste joue encore mieux! Il nous a fait le coup Vatelot lors d'un des grands échiquiers , je crois pour le Soil de Perlman ? ca cela fait vendre !

Qui de plus est Vatelot était bon acteur , il vendait très bien ses histoires !

d'où le ton de l'article en question , il a rêvé du métier de luthier qu'il a imaginé en voyant le grand échiquier , la réalité qu'il décrit a sa manière est tout autre .

Avatar de l’utilisateur
Chanterelle
Messages : 1665
Inscription : lun. 25 juil. 2005 19:29
Pratique du violon : 55
Sexe : Homme
Localisation : Nice

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Chanterelle » mar. 13 nov. 2018 15:25

IFred a écrit :
mar. 13 nov. 2018 13:53
s'il avait joué un violon fabriqué par un petit luthier de province comme il y en a des tas ..
Dans les années 60-80 ?
Oui ! Rien qu'à Nice il y en avait- quatre ! Silvio Tua , Pierre Gaggini , Charles Bovis et Araldo de Bernardini...Tous ont laissé des instruments très intéressants .A Lyon il y en avait d'autres comme Fustier , à Marseille aussi ainsi qu'à Angers et , Nantes (Bauer ,le Chenantais par ex.) et bien sûr en Lorraine.
Présenter un luthier moins connu de province aurait mieux fait connaître au public les beautés de ce métier .
J'ai parlé de Tua de Nice (mon avatar) , savez-vous que Vatelot lui-même venait le consulter lorsqu'il "séchait" sur le diagnostic à poser sur un violon du XVIII° anonyme ? ^_^
" Une table , une chaise, une corbeille de fruits et un violon , de quoi d'autre un homme aurait-il besoin pour être heureux ? "
Albert Einstein

Cedin16
Messages : 236
Inscription : mar. 1 août 2017 08:37
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Cedin16 » mar. 13 nov. 2018 16:34

Oui ! Rien qu'à Nice il y en avait- quatre ! Silvio Tua , Pierre Gaggini , Charles Bovis et Araldo de Bernardini...
Hors sujet mais ..

Chanterelle , je connais ces Noms de luthiers mais je suis incapable d'associer des images de violons ...; car je n'en ai jamais vu ( sauf un de Ch Bovis).
Tu sembles bien les connaître ? y a t il des ouvrages existants consacrés a leur travail ?

Avatar de l’utilisateur
IFred
Messages : 3572
Inscription : mar. 21 août 2007 08:35
Pratique du violon : 14
Localisation : Paris
Contact :

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par IFred » mar. 13 nov. 2018 18:39

Tua, Bernardini, Gaggini des immigrés italiens qui n'ont pas appris dans le carcan Français? Sacrilège tu n'y pense pas.. de province en plus !
Accessoirement dans les années 60-80 ils n'avaient plus 20 ans ... alors pas si "petit". ;)

Arnaud
Messages : 518
Inscription : ven. 14 oct. 2016 13:08
Pratique du violon : 1
Sexe : Homme

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Arnaud » mer. 14 nov. 2018 09:18

Moi ils m'intéressent les "petits" luthiers! Les plus célèbres aussi d'ailleurs. C'est de l'ordre d'une certaine culture, et c'est à croire qu'il y en a qui voudraient qu'elle demeure réservée à un certain public. Pour ces mêmes personnes, richesse culturelle et richesse tout court ne font qu'un. C'est un constat après lecture de plusieurs sujets déterrés ici ou ailleurs .Franchement je n'en suis pas ressorti très réjoui. En cela je comprends mieux l'article de base de ce sujet, et je ne peux finalement que partager son point de vue général, de ce que je peux juger avec mon ressenti faute de connaissance, sur le présent.

Avatar de l’utilisateur
Chanterelle
Messages : 1665
Inscription : lun. 25 juil. 2005 19:29
Pratique du violon : 55
Sexe : Homme
Localisation : Nice

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Chanterelle » mer. 14 nov. 2018 09:37

Cedin16 a écrit :
mar. 13 nov. 2018 16:34
Oui ! Rien qu'à Nice il y en avait- quatre ! Silvio Tua , Pierre Gaggini , Charles Bovis et Araldo de Bernardini...

Chanterelle , je connais ces Noms de luthiers mais je suis incapable d'associer des images de violons ...; car je n'en ai jamais vu ( sauf un de Ch Bovis).
Tu sembles bien les connaître ? y a t il des ouvrages existants consacrés a leur travail ?
Sur le net on peut trouver des images de leurs productions :
Gaggini :
https://tarisio.com/cozio-archive/brows ... ker_ID=186

La revue "l'âme et la corde" avait consacré l'un de ses numéros à Gaggini dans lequel on voyait Ruggiero Ricci admirant ses deux violons de Gaggini .
" Une table , une chaise, une corbeille de fruits et un violon , de quoi d'autre un homme aurait-il besoin pour être heureux ? "
Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Chanterelle
Messages : 1665
Inscription : lun. 25 juil. 2005 19:29
Pratique du violon : 55
Sexe : Homme
Localisation : Nice

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Chanterelle » mer. 14 nov. 2018 09:53

IFred a écrit :
mar. 13 nov. 2018 18:39
Tua, Bernardini, Gaggini des immigrés italiens qui n'ont pas appris dans le carcan Français? Sacrilège tu n'y pense pas.. de province en plus !
Accessoirement dans les années 60-80 ils n'avaient plus 20 ans ... alors pas si "petit". ;)
Euh .. Ils n'ont pas tous été le produit de la lutherie italienne ,Bovis a appris le travail chez Jacquemin à Mirecourt ,Gaggini a appris le métier chez Alberto Blanchi à Nice et il est allé se perfectionner à Paris chez Billotet .
J'avais oublié de citer Jean Parrenin (le frère du quartettiste connu),successeur de Tua à partir de 1973 ,qui a appris son travail chez Dieudonné et dont le camarade d'atelier s'appelait Etienne Vatelot . Parrenin s'est perfectionné chez Charles Enel à Paris, puis il a été longtemps le premier ouvrier de Gerber de lausanne .Il a laissé très peu de violons.
Il aurait été intéressant de voir les deux luthiers Vatelot et Parrenin échanger chez Chancel car ils ont choisi deux voies absolument différentes. Vatelot soignait très bien les grands violons mais ses propres productions sur le plan de la sonorité ne soutenait pas la comparaison avec celles de ses petits camarades . En revanche il était tout à fait à l'aise devant une caméra ,tout le contraire de Jean Parrenin qui n'aimait pas se mettre en avant.
" Une table , une chaise, une corbeille de fruits et un violon , de quoi d'autre un homme aurait-il besoin pour être heureux ? "
Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
IFred
Messages : 3572
Inscription : mar. 21 août 2007 08:35
Pratique du violon : 14
Localisation : Paris
Contact :

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par IFred » mer. 14 nov. 2018 21:18

Je n'ai pas parlé de Bovis à dessein ;) Gaggini a appris chez Blanchi oui mais dans une tradition qui n'est pas celle de Mirecourt. ;)

Zako
Messages : 4
Inscription : mer. 14 nov. 2018 21:15
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Zako » mer. 14 nov. 2018 22:04

Bonjour à tous. Je suis Laurent Zakowsky, l'auteur de l'article . Je me réjouis de constater que celui-ci suscite des réactions, interrogations, incompréhensions aussi. Je vous propose, non pas de le commenter, mais de vous expliquer le sens de ma démarche. Je me présente: je suis luthier, installé à Orléans. Ma formation est on ne peut plus académique: je suis entré à 15 ans, en 1982, à l'école de lutherie de Mirecourt. J'ai ensuite travaillé comme ouvrier dans différents ateliers à Paris, notamment chez François Perrin, puis chez Pierre Causse, à exercer la restauration, puis rue de Rome, chez Alienor, où j'ai pratiqué une lutherie plus commerciale. J'ai également passé deux années à Venise, à faire exclusivement de la fabrication. Mon activité actuelle est essentiellement consacrée à la fabrication d'alto et à la restauration.
En apprenant un métier artisanal de cette façon traditionnelle, on en intègre les techniques mais aussi les valeurs, les idéaux et même la morale. Je ne remercierai jamais assez mes professeurs et maîtres pour leur enseignement car il m'a permi d'être un luthier compétent. Mais, pour devenir un luthier libre, il a fallu que je remette précisément en cause tout cet héritage. J'ai donc entamé , il y a une quinzaine d'années, une réflexion sur le sens du métier de luthier, métier que j'aime passionnément, sur le violon, instrument que j'adore, sur la musique, une de mes plus grande joie, mais tout en essayant de rester lucide et les pieds sur terre. Ces réflexions ont donné lieu à des articles dans la revue Resmusica, puis un livre:"Petites histoires du violon", paru il y a six mois.
Dans l'article dont il est question, le ton peut paraître péremptoire et le sujet "politique" au delà de mes compétences et de ma légitimité. Je l'assume parfaitement et,même, le revendique. Car l'objet de mes propos n'est pas tant d'expliquer comment fonctionne le monde, à fortiori de le changer, que de décrire mon propre mode de pensée qui me permet d'agir sur ma vie, sur mes instruments, sur ma relation aux autres, ma famille, mes amis, mes clients musiciens. Si j'en fait part en l'écrivant dans des articles ou un livre, c'est parce que je pense que ma démarche est originale et peut intéresser, distraire, amuser, dynamiser, alimenter des réflexions, comme c'est précisément le cas sur ce forum que je découvre et où les intervenants me semblent tous passionnés par le sujet du violon au sens large. N'hésitez-pas à me faire part de vos réflexions ou questions, j'y répondrai avec plaisir.

Avatar de l’utilisateur
Alain44
Généreux donateur
Messages : 553
Inscription : dim. 16 sept. 2018 16:01
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : 44

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Alain44 » mer. 14 nov. 2018 22:42

Bonsoir Zako (Laurent)

J’ai bien aimé ton article (je l’ai dit plus haut).
Et je viens même de recevoir ton bouquin, que je vais lire avec attention.

J’aime ta démarche un peu « on s’arrête un peu et on réfléchit un peu ».
Ça ne peut faire que du bien à tout le monde: au violon et à la profession de luthier et aux violonistes…. (et aux spéculateurs-antiquaires aussi :angry: )

Je ne suis qu’un modeste violoniste (ou plutôt, folkeux) qui m’intéresse au violon, son histoire…
et aussi à son « statut », ses mythes (peut être ses « mites », :D :tongue: )

Nous sommes tous baignés par les marchands de rêves de la publicité (TV, internet).
C’est marrant car on nomme aussi marchands de rêves, les vendeurs de drogue…

Ici, tu auras bien sûr des avis très différents, et c’est très bien comme ça. :super:

PS: Est ce que tu fais encore des violons ? :rolleyes:
Cheminer ou arriver: quel est mon but ? La musique est un chemin infini... ;)

Zako
Messages : 4
Inscription : mer. 14 nov. 2018 21:15
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Zako » mer. 14 nov. 2018 23:12

Bonsoir Alain
Je suis heureux que tu ais commandé mon livre, j’aimerais bien avoir ton avis quand tu l’auras lu.
Pour répondre à ta question, oui, il m’arrive de fabriquer des violons , même si ma spécialité est l’alto. Si tu veux en savoir plus sur mes fabrications, tu peux aller faire un tour sur mon site: Alto-viola.com
Amitiés
Laurent

Avatar de l’utilisateur
Chanterelle
Messages : 1665
Inscription : lun. 25 juil. 2005 19:29
Pratique du violon : 55
Sexe : Homme
Localisation : Nice

Re: article de Laurent Zakowsky

Message par Chanterelle » mer. 14 nov. 2018 23:25

Bonsoir Zako,

J'ai commandé votre livre et vous en parlerai.
Vous êtes à Orléans , il y avait dans cette ville un luthier du nom d'André Chanteloup dont j'ai joué longtemps un violon et qui sonnait remarquablement.
Le Vannes en dit d'ailleurs le plus grand bien. J'ai dû le vendre après quelques années car le vernis collait à la boîte et on m'avait dit à l'époque qu'il ne sècherait jamais !
Quand à votre article , je l'ai trouvé intéressant car il met un éclairage différent sur le rôle du luthier dans la société qui peut être apprécié de plusieurs manières .
J'en profite pour vous poser une question : un luthier peut-il vivre aujourd'hui :?: de son métier s'il n'ajoute pas à son talent de réparateur une activité intense de commerçant voire d'antiquaire ?
" Une table , une chaise, une corbeille de fruits et un violon , de quoi d'autre un homme aurait-il besoin pour être heureux ? "
Albert Einstein

Répondre