LA lacune.

Solfège, harmonie, contrepoint...Tout ce qui concerne la théorie de la musique.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Marjolaine
Messages : 657
Inscription : mer. 4 oct. 2006 18:07
Pratique du violon : 12
Sexe : Femme
Localisation : Ardèche (07), Lyon

LA lacune.

Message par Marjolaine » jeu. 23 sept. 2010 17:05

Salut à tout le monde :-),
Bon, j'ai attaqué la fac de musicologie, on a commençé d'emblée avec un test de niveau qui s'est plutôt bien passé en ce qui me concerne sauf pour UNE chose, que je m'acharne à ne pas comprendre.
Comment doit-on s'y prendre pour savoir en quelle tonalité on est par rapport à l'armure ? Je sais que c'est tout bête, et il me semble qu'il y a un moyen de calculer en prenant la note qui suit le dernier dièse ou bémol de l'armure ou je ne sais quoi, mais je n'arrive pas à m'en souvenir, et personne n'arrive à me l'expliquer clairement. Pourtant je suis sûre que je pourrais intégrer le truc (si si :-D), alors si on pouvait m'expliquer...
Je crois qu'il y a quatre cas de figure :
1. Majeur avec des dièses à la clé
2. Majeur avec des bémols à la clé
3. Mineur avec des dièses à la clé
4. Mineur avec des bémols à la clé

Et aussi si vous pouvez m'expliquer comment avec un même nombre d'altérations à l'armure on peut savoir si on est en majeur ou mineur (en supposant qu'on n'entende pas la musique, et donc qu'on ne puisse se repérer à l'oreille ?)

Avatar de l’utilisateur
Claire91
Généreux donateur
Messages : 5028
Inscription : mer. 13 mai 2009 16:41
Pratique du violon : 0
Sexe : Femme
Localisation : Essonne
Contact :

Re: LA lacune.

Message par Claire91 » jeu. 23 sept. 2010 17:39

Pour les gammes majeures :
Sans armure : do majeur ( :) ça, je suppose que tu savais... )
Avec des dièses : 1/2 ton au dessus du dernier dièse (ex : 1 dièse = fa dièse -> sol majeur ; 2 dièses : dernier = do dièse -> ré majeur ; 6 dièses : dernier = mi dièse -> fa# majeur...)
Avec des bémols : tu prends l'avant dernier bémol (ex : 2 bémols : l'avant dernier est le sib -> sib majeur ; 4 bémols : l'avant dernier est le lab -> lab majeur ; un seul bémol à l'armure, l'avant dernier est le fa (le dernier de la liste) mais vu qu'il est pas bémol : fa majeur)

Pour les gammes mineures, tu commences par déterminer la gamme majeure correspondant à ton armure, et tu trouves la relative mineure en allant une tierce mineure en dessous.

par ex : sol majeur >> mi mineur ; lab majeur >> fa mineur

Voilà :)

(je fais ma maligne, mais je me suis rendue compte il y a 2 ou 3 mois que c'était une grosse lacune chez moi aussi, et j'ai potassé ma théorie ;) )


Pour ta question subsidiaire, tu peux te repérer aux altérations accidentelles. Dans une gamme majeur, tu n'en auras pas ; dans une gamme mineure tu auras la note sensible montée d'1/2 ton.
Sans rien à l'armure, par ex, en do majeur tu n'auras pas d'altération accidentelle ; si tu as des sol#, c'est que tu es en la mineur.
De plus, en écriture classique, la tonique a souvent une importance prépondérante dans la phrase musicale...

après, dans un passage un peu long, tu peux très bien avoir des modulations, c'est à dire passer de la tonalité majeur à sa relative mineure, ou inversement...
Mon blog musical : Des fourmis dans les doigts

Avatar de l’utilisateur
Marjolaine
Messages : 657
Inscription : mer. 4 oct. 2006 18:07
Pratique du violon : 12
Sexe : Femme
Localisation : Ardèche (07), Lyon

Re: LA lacune.

Message par Marjolaine » jeu. 23 sept. 2010 19:23

Merci beaucoup :-)
C'est exactement ce que j'attendais, et c'est clair et précis. Merci mille fois !

Eric.B
Messages : 364
Inscription : lun. 1 mars 2010 13:05
Pratique du violon : 22
Sexe : Homme
Localisation : 04

Re: LA lacune.

Message par Eric.B » jeu. 23 sept. 2010 19:32

Pour certaines tonalités, c'est plus simple de les apprendre une fois pour toute (avec leur relatives), un peu comme des tables de multiplication. Au moins jusqu'à 5 altérations et te servir de la règle de Claire quand c'est plus corsé ou des tonalités moins courantes. Ça va rentrer...
surtout qu'après si à la fac tu fais de l'harmonie, de l'analyse et autre, ca sera un gain de temps et surtout une base utile.

Avatar de l’utilisateur
Claire91
Généreux donateur
Messages : 5028
Inscription : mer. 13 mai 2009 16:41
Pratique du violon : 0
Sexe : Femme
Localisation : Essonne
Contact :

Re: LA lacune.

Message par Claire91 » jeu. 23 sept. 2010 22:11

Oui, ce que dit Eric est tout à fait vrai.
Pour ma part, le par coeur doit se limiter à 2 altérations... mais je ne désespère pas de progresser...

Et je me rends compte que le travail des gammes conscient (c'est à dire en sachant à chaque note dire ce que je suis en train de jouer) m'y aide beaucoup...
Mon blog musical : Des fourmis dans les doigts

Avatar de l’utilisateur
renaud
Messages : 1201
Inscription : ven. 2 juin 2006 10:56
Pratique du violon : 30
Sexe : Homme
Localisation : Epinay-sur-Seine 93

Re: LA lacune.

Message par renaud » ven. 24 sept. 2010 17:14

Eric.B a écrit :Pour certaines tonalités, c'est plus simple de les apprendre une fois pour toute (avec leur relatives), un peu comme des tables de multiplication. Au moins jusqu'à 5 altérations et te servir de la règle de Claire quand c'est plus corsé ou des tonalités moins courantes. Ça va rentrer...
surtout qu'après si à la fac tu fais de l'harmonie, de l'analyse et autre, ca sera un gain de temps et surtout une base utile.
Attention toutefois. Pur les tonalités mineures, il arrive fréquemment qu'il y aie une altération de différence, à l'époque baroque. La sonate pour violon seul en sol mineur (BWV 1001) de Bach, par exemple, ne comporte qu'un bémol, autant que la Partita en ré mineur!

Pour les pièces plus anciennes (ça ne se joue pas trop au violon, d'accord, mais bon, si c'est pour faire musico à la fac...), à la Renaissance, il n'y a quasiment que deux armures possibles (rien ou un bémol). Aucune conclusion à en tirer pour la tonalité... puisque de toute façon la musique de ce temps est "modale".
Dans l'obscurité existe la lumière,
Ne regardez pas avec une vision obscure,
Dans la lumière existe l'obscur,
Ne regardez pas avec une vision lumineuse.
(extrait du San Do Kai, de maître Sekito)

Répondre