Sonorisation

Votre corde a cassé aujourd'hui... c'est une mauvaise journée... vous êtes victime du trac... Défoulez vous ici pour repartir du bon pied.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
renaud
Messages : 1201
Inscription : ven. 2 juin 2006 10:56
Pratique du violon : 30
Sexe : Homme
Localisation : Epinay-sur-Seine 93

Sonorisation

Message par renaud » lun. 14 sept. 2009 12:41

Cela fait un moment que je voulais évoquer le sujet. Je vous suggère d'aller voir cette page:

http://voyard.free.fr/textes_audio/dangers.htm

Je n'ai pas grand-chose à ajouter à ce qu'il dit, mais je vous livre le message que je viens de lui envoyer:

Bonjour,

Revenant d’un mariage où la sonorisation des musiciens m’a plutôt gâché la soirée, j’ai découvert votre site en cherchant des arguments pour les prochaines fois que j’aurai affaire à ce genre d’excès (même avec des boules quies de fortune, c’était trop fort). Convaincu que le degré atteint ce week-end devenait dangereux, mais sans autre argument que ma conviction.

Finalement, vous parlez un peu moins, dans votre article de ces « sonorisations du dimanche », qui peuvent faire tout autant de dégâts (après tout, il suffit de tourner un bouton…), mais je comprends bien que vous ne pouviez tout mettre. Une fête de la Musique à Paris est un exemple assez édifiant, où je me demande parfois si c’est une fête de la musique ou une guerre des sonos. Il y a aussi une certaine tendance, dans les salles de cinéma, à monter le niveau sonore.

Concernant la partie qui évoque la « paranoïa », je peux citer aussi Françoise Dolto qui avait, dans un de ses ouvrages, signalé le cas d’enfants considérés comme « asociaux », et qui avait en fait une déficience auditive (l’important n’étant pas pour elle de développer la cause de ces déficiences, mais de constater leurs conséquences). Je peux témoigner (heureusement) de l’expérience inverse : Je souffrais d’une certaine déficience de l’oreille externe (pas due à des excès sonores, mais vraisemblablement à une sinusite chronique et une trompe d’Eustache bouchée). Une rééducation au centre Tomatis m’a permis d’améliorer ça et la principale conséquence a été le changement de mon contact, de ma relation aux autres. Je me suis rendu compte que j’étais, avant, dans une bulle et quelque peu coupé du monde. Je suis devenu plus ouvert, naturel et, finalement, ce sont aussi les autres qui ont bénéficié de mon changement. C’était plus naturel de parler, de dialoguer.

Un exemple de cercle vicieux me parait alors important à signaler. Les sonorisateurs sont les premiers concernés par le problème. Que se passe-t-il ? Etant exposés souvent, ils perdent de l’audition. Travaillant à l’oreille, ils ont tendance à sonoriser en fonction de ce qu’ils entendent, c’est-à-dire moins. La relation aux autres est elle-même biaisée. Leur surdité partielle les coupe du monde. Ils ne sont pas sensibles aux remarques qu’on peut leur faire, souvent convaincus d’avoir raison (puisque la majorité a envie de décibels, que les autres se taisent et que c’est tellement évident que « pour faire la fête, il faut du son ») d’être nécessaires. Ils s’isolent et leur surdité les empêche de prendre conscience de ce qu’ils font et d’accepter le dialogue. Je viens coup sur coup, trois fois de suite de voir des sonorisateurs particulièrement déconnectés du monde, obtus et finalement, destructeurs et ça me parait évident que c’est lié à leur oreille. Confierait-on la gestion de la lumière à un aveugle ? Le choix d’un parfum à quelqu’un qui n’a plus d’odorat ? La cuisine à quelqu’un qui a perdu le goût ? On confie le son à des sourds !

Autre point que j’ai envie de développer : J’ai souvent constaté que la sonorisation est inutile (des groupes de jazz avec saxophone, trombone, piano, batterie, dans une salle de même pas 20 mètres de long, des bombardes et des cornemuses bretonnes dans des tentes de 20mX10m, des groupes dans une cave de cabaret d’à peine 4m de large…) et que, au-delà de l’aspect « trop fort », il y a aussi un son qui est dénaturé (et je ne parle même pas des Larsen !) et toujours moins beau que l’instrument ou la voix lorsqu’ils ne sont pas sonorisés. Bref, le plus édifiant, au final, est qu’on ne gagne rien ! Sauf pour ceux qui ne savent pas faire sonner leur instrument ou leur voix… ça cache la misère.

Merci pour votre site, je vais maintenant aller visiter les liens que vous donnez,

Renaud Grandemange
(Violoniste, professeur de composition, amateur de bals folk non sonorisés)
Dans l'obscurité existe la lumière,
Ne regardez pas avec une vision obscure,
Dans la lumière existe l'obscur,
Ne regardez pas avec une vision lumineuse.
(extrait du San Do Kai, de maître Sekito)

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11582
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Sonorisation

Message par Malkichay » lun. 14 sept. 2009 12:51

C'est la première chose que j'explique au public quand il me voit débarquer avec ma sono. La taille des enceintes les fait flipper.

J'explique que si elle sont volumineuses, c'est pour une question de rendu des basses. La sono n'est là que pour éviter de forcer sur les instruments peu sonores et pour équilibrer les instruments.

En cours de concert, je demande régulièrement si ce n'est pas trop fort.

Je HAIS le travail aux décibels !! :rougefaché:
Moderato ma non troppo

Avatar de l’utilisateur
isabelg
Messages : 2920
Inscription : mar. 17 févr. 2009 21:59
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Sonorisation

Message par isabelg » lun. 14 sept. 2009 22:54

renaud a écrit : Un exemple de cercle vicieux me parait alors important à signaler. Les sonorisateurs sont les premiers concernés par le problème. Que se passe-t-il ? Etant exposés souvent, ils perdent de l’audition. Travaillant à l’oreille, ils ont tendance à sonoriser en fonction de ce qu’ils entendent, c’est-à-dire moins. La relation aux autres est elle-même biaisée. Leur surdité partielle les coupe du monde. Ils ne sont pas sensibles aux remarques qu’on peut leur faire, souvent convaincus d’avoir raison (puisque la majorité a envie de décibels, que les autres se taisent et que c’est tellement évident que « pour faire la fête, il faut du son ») d’être nécessaires. Ils s’isolent et leur surdité les empêche de prendre conscience de ce qu’ils font et d’accepter le dialogue. Je viens coup sur coup, trois fois de suite de voir des sonorisateurs particulièrement déconnectés du monde, obtus et finalement, destructeurs et ça me parait évident que c’est lié à leur oreille. Confierait-on la gestion de la lumière à un aveugle ? Le choix d’un parfum à quelqu’un qui n’a plus d’odorat ? La cuisine à quelqu’un qui a perdu le goût ? On confie le son à des sourds !
Intéressante analyse du problème, et qui vaudrait la peine d'être étudiée! Et autant les déficiences visuelles légères, fréquentes et de plus en plus facilement corrigibles, sont communément acceptées par leurs possesseurs (je bénis ma myopie qui m'offre une excellente vue de près pour mon travail), autant les déficiences auditives sont bien moins acceptées car vues comme une déficience sociale par beaucoup (t'es sourd ou quoi /sourd comme un pot...), moins aisément corrigibles (on est loin de voir des pubs sexy pour prothèses auditives comme celles dont nous assomme Afflelou ou autre), moins identifiables (c'est toi qui parles bas ou moi qui entends pas?). Un peu comme la perte de mémoire, c'est très associé à l'âge et donc un jeune qui a perdu déjà une partie de son ouïe dans les boîtes ou dans son métier, comme tu le décris, va avoir beaucoup de difficulté à l'admettre et faire le pas pour se faire examiner...

evolpparg

Re: Sonorisation

Message par evolpparg » mar. 15 sept. 2009 09:26

Que tout ceci est vrai !!! (hélas)

En plus, j'ai curieusement remarqué cette année, lors de ma saison estivale, - outre le niveau sonore toujours beaucoup trop fort - une tendance générale qui en a d'ailleurs surpris plus d'un : l'augmentation des basses...
C'est très étonnant de constater ce phénomène sur plusieurs festivals distants de centaines de Kms parfois...

ça a été particulièrement flagrant au festival de Paimpol, où même une frange du public c'est plaint de cette débauche de basses qui couvrait pratiquement toutes les autres fréquences... Mais je l'ai remarqué dans de nombreux autres festoches...
ça ressemble à un phénomène de société qui ce passerait dans l'inconscient... Enfin je ne sais pas... Réellement très difficile a expliquer... Ou alors une perte globale et simultanée de ces fréquences dans l'audition de tous les sonorisateurs de france ??!!!! :lol:

Un collègue sonorisateur "normal" avait écrit au sujet de la puissance sonore un très intéressant article intitulé "pourquoi veut-on nous abasourdir" - dans lequel il évoquait aussi le problème des cinémas, d'ailleurs...
Si je retrouve l'article, j'en posterai une copie.

En tout état de cause je partage vos analyses ! C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle je me suis penché un jour sur mon niveau de retours sur scène, et que j'en suis venu a ne plus jouer que sur micro statique, qui autorise seulement un petit niveau de retour... Déstabilisant au début, quand on vient d'un monde où on joue "à burne", mais quel bonheur ensuite, d'entendre son vrai instrument !! :D
Ce qui est étonnant , c'est que la plupart des sonorisateurs qui me voit arriver avec mon statique ce mettent à angoisser !!!
"Mais comment on va faire ???? Tu vas pas t'entendre !!!! On va galérer !!"
Et finalement ça se passe très bien, à leur grande surprise !!!!!!!!
(je les "forme" à leur insu !!! :hehe: Je devrais me faire payer pour ça, tiens !!! (lol))

Renaud : je partage vraiment ton point de vue sur le fait qu'on pourrait faire plein de musique sans aucune sonorisation...
J'ai d'ailleurs vaguement en tête un projet d'une sorte de "mini-festival" qui se ferait sans électricité ! (ce qui permettrait d'en économiser, d'ailleurs, et ce ne serait pas plus mal non plus !!) :glare:

Avatar de l’utilisateur
Emmanuel B.
Messages : 1582
Inscription : mar. 28 nov. 2006 01:15
Pratique du violon : 10
Sexe : Homme
Localisation : Basses Alpes
Contact :

Re: Sonorisation

Message par Emmanuel B. » mar. 15 sept. 2009 11:33

C'est clair qu'il sont ch...t dans beaucoup de concerts de Rock ou de Metal à exagérer sur les basses. A croire que les gens recherchent un effet de vibro-masseur lorsqu'ils vont aux concerts. Il n'y a pas que la basse et la batterie dans ce genre de musique. J'en viens même à préférer les enregistrements en CD, même si c'est pas du live. Enfin, il y a quand même parfois des ingénieurs du son plus subtils, mais ça reste rare.

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11582
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Sonorisation

Message par Malkichay » mar. 15 sept. 2009 12:42

Ne diabolisons pas la sonorisation !

C'est très utile, quand c'est bien fait. A la limite, elle doit se faire oublier.

Mais la grande majorité des sonoman sont des charlots. Ils flippent dès qu'ils ont à sonoriser des instruments acoustiques, et la vue d'un micro les angoisse. La prise au jack, c'est tellement mieux...

Sans compter les "sonorisateurs" rendus à moitié sourds du fait de leur boulot... :glare:
Moderato ma non troppo

Répondre