Jusqu'où peut-on progresser?

Ici, on parle pédagogie.
Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 571
Inscription : lun. 15 déc. 2014 14:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par PhilippeB » lun. 10 juil. 2017 12:27

@Anthurium
Merci pour ton témoignage très intéressant. J'imagine que cette question du "jusqu'où peut-il aller?" doit être lancinante pour les profs en présence d'élèves "prometteurs" et c'est aussi une question que les parents se posent lorsqu'ils cherchent à conseiller au mieux leur enfant par rapport à son avenir. De la même façon qu'on voit des collégiens/lycéens médiocres se révéler dans les études supérieures et avoir des parcours professionnels enviables tandis que des "premiers de la classe" finissent par plafonner et végéter, de même des dons et des progrès précoces ne sont en rien une garantie de succès futurs et de formidables musiciens peuvent se révéler tardivement. Le problème reste que certaines places confortables dans le domaine musical ne sont accessibles qu'avec les diplômes adéquats et que la course pour leur obtention s'engage très tôt. Le talent tardif devra donc souvent user de voies parallèles et d'un fort esprit d'entrepreneur pour "faire son trou".

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 13:43

Cette question pour les élèves pour le moment je ne sais pas, la question se pose peu là où j'enseigne, j'ai des élèves doués et j'essaie de toujours leur donner à manger, toujours demander tout, par mon expérience d'élève je ne laisse rien passer sur le placement histoire de ne pas les bloquer si jamais un jour ils se prennent au jeu, en restant humainement très cool, de toute façon je ne sais pas gueuler sur les gens. L'exigence ça marche pas mal pour le violon c'est vraiment la clé, après j'ai le défaut d'être trop sympa en cours, mais bon c'est un choix, je bosse dans une petite école de musique, je ne m'imagine pas créer une ambiance de terreur pour jouer et apprendre la musique ça me paraît absurde...enfin les élèves sauraient peut-être interpréter la peur dans leur jeu ce serait là un début vous me direz :p
Si j'ai pu me réveiller à temps pour en faire mon métier c'est quand même aussi grâce à l'exigence de mes profs qui cherchaient à me pousser quand même à mon niveau. J'ai toujours eu des super mentions dans mes conservatoires (de province ;) ), mais bon le fait que mon premier enseignant n'en ai eu rien à faire de mon placement je l'ai payé ensuite...il partait du principe que puisque j'arrivais à jouer tout ce qu'il me passait et à faire tous les coups d'archets à ma sauce ça n'était pas à corriger...franchement c'était une conception en vogue à son époque comme jouer du Bach comme du Tchaikovsky mais bon depuis la pédagogie a évolué et à mon sens en mieux! Mais malgré tout je lui dois beaucoup, c'est pas toujours évident de savoir si un élève bosse ou non, je dechiffre bien depuis fort longtemps et je monte vite les programmes, ça se voyait pas vraiment en fait du coup je savais que j'avais une certaine marge de progression en réglant mes défauts de posture ( une horrible main droite :) ) mais je ne savais pas si je pouvais corriger ça, et en bossant plus (encore que ça dans ma tête ça n'était pas le plus important...on est parfois pas réaliste quand on a la flemme de bosser: si j'y arrivais sans franchement forcer je me demandais ce que bosser plus pourrait réellement m'apporter...la réponse c'est un jeu solide et une technique qui ne se casse pas la gueule avec le stress par exemple car ça c'était aussi une de mes spécialités...).

Devenir violoniste c'est quand même jongler et trouver comment équilibrer pas mal de paramètres! Dans l'idéal un placement adapté à sa morphologie et à la technique instrumentale, une grosse technique, beaucoup de rigueur et tout autant de fantaisie, une super oreille, une super culture g artistique et musicale, beaucoup de curiosité une grosse dose de chance, plein d'autres choses encore que tu mélanges et bam arrive alors le violoniste parfait, tout simplement!

Sinon le fait de connaître parfaitement toutes mes imperfections m'aide énormément! ;) Pour enseigner d'ailleurs mon parcours bizarre m'a toujours beaucoup apporté, et le web aussi, quand j'ai atterri avec mon prof parisien il y a des trucs que je n'aurais jamais osé lui demander comme un cours débutant de prise d'archet ( et là merci violinmasterclass! Le forum et les forum étrangers, youtube et les bons bouquins pour violonistes! ).
L'âge c'est plus ou moins une limite mais jusqu'à 25 piges plus ou moins on peut faire qqch professionnellement je dirais en France ou à l'étranger, par contre il faut être lucide sur ses choix en violon je ne me suis jamais présentée au cnsm avec les défauts que j'avais, je me serais faite recalée direct je pense. J'aurais pu ensuite partir à l'étranger , j'aurais dû franchement d'ailleurs mais j'ai fait des choix de vie différents (et idiots pour certains, quand on est jeune adulte amoureuse tout le tralala beh on pense pas toujours à la carrière) et ensuite il y a un âge où il faut un boulot, la famille ne peut pas aider indéfiniment...une prof d'alto me poussait pour présenter Lyon mais là aussi quand tu as un métier passé 25 ans...bon j'ai pas fait ce choix encore une fois j'ai pris les chemins de traverse en me disant qu'avec du travail et un niveau on pouvait toujours faire quelque chose. Du coup vraiment j'insiste aussi sur la relation que l'on a avec son prof il doit pouvoir orienter avec discernement, certains profs sont habitués aux élèves très doués et ont le réseau pour ensuite et franchement il ne faut pas hésiter à passer par eux, par les stages, par tout ça et ensuite le principal reste le projet de l'enfant, ne pas forcer mais je pas lâcher tout si l'envie est là, savoir contourner les obstacles (baisses de motivation, etc...).
Mais c'est difficile de se gérer!

J'ai encore écrit un pavé sans queue ni tête sans relire, mais bon vous ferez le tri ;)
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 571
Inscription : lun. 15 déc. 2014 14:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par PhilippeB » lun. 10 juil. 2017 15:31

Haha tu as envie de t'exprimer aujourd'hui :lol:
Donc finalement tu as fait ton choix vers 15 ans finalement? Et si j'ai bien compris c'est parce que tu ne trouvais rien de plus intéressant que la musique et tu ne voulais surtout pas que le violon passe au second plan de quoi que ce soit d'autre. Etais-tu aussi poussée par ton environnement familial et tes profs ou était-ce un choix vraiment personnel, voire à contre courant de ce qu'on voulait pour toi? Au moment où tu n'as plus fait que du violon, Est-ce que ça n'a pas été difficile justement de ne faire plus que ça et à haute dose? Moi qui ai eu un peu le même parcours que toi en piano mais qui finalement ai renoncé pour reprendre un cursus d'études "normales", je sais que l'année après le bac où je n'ai fait que de la musique a été très dure car je suis arrivé à saturation. J'aimais le piano mais pas suffisamment pour rester accroché à lui 6 heures par jour (sans parler des problèmes physiques et du mal de dos...). Et puis on a commencé à m'obliger à jouer des choses que je n'aimais pas forcément, notamment de la musique contemporaine. Et pour ce type de musique il faut vraiment des capacités de déchiffrage et d'apprentissage hors du commun sinon on s'épuise en déchiffrage et en mémorisation et les heures passées enchaîné à l'instrument deviennent excessivement besogneuses... En fait le piano est un instrument de besogneux, bien plus que le violon je pense :gene:

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 16:30

J'ai fait mon choix vers 18/19 ans en fait à la fac, j'étais aux langues orientales et c'était juste vraiment vraiment génial mais on nous disait de faire autre chose à côté tout seul ça ne débouchait sur rien...à côté je faisais du violon et ça aussi en terme d'avenir professionnel ça me paraissait aléatoire, Il aurait fallu faire un truc rentable à côté type commerce international ou Sciences Po ( comme papa qui me poussait vers ça lui en fait). Et moi ça ça ne m'intéressait juste pas. Petit à petit j'ai lâché la fac pour faire du violon...mon amoureux d'alors était pianiste et habitait en région... Après trois ans à tourner en rond sur Paris en ne sachant pas quoi faire concrètement de ma vie j'ai tout misé sur la musique et on s'est installés ensemble en province ce qui a été top pour le violon mon prof de Paris je lui dois beaucoup beaucoup il ne m'a rien lâché et en musique retourner en province après trois ans sur Paris bah ça m'a ouvert des portes ! Finalement je ne suis restée que trois ans avec ce garçon mais ajd je suis violoniste alors ça m'a aussi permis de me réaliser, Je sais pas si j'aurais foncé toute seule hahaha ;)

J'ai cherché l'autonomie et ça c'était l'enseignement qui me paraissait le plus stable et comme j'adore ça c'était très bien! J'ai fait tout ce qu'il ne faut pas faire quasiment: ne pas bosser, faire autre chose et refuser de passer ses diplômes, changer d'avis plus tard, bosser, tout plaquer pour un garçon sans savoir sur quoi ça pouvait déboucher professionnellement...bref je suis un peu comme ça quoi ;) mais du coup je peux donner des conseils d'orientation j'ai perdu un temps fou à savoir si j'y allais ou pas...si j'y arriverais ou pas si... Puis j'ai dit merde on verra bien! ;)

Pour le travail sur le violon oui ça m'a fait drôle, je jouais avant le bac deux fois/ trois fois dans la semaine max là chaque jour j'arrivais au conservatoire à 14h et je repartais à 22h... Pendant deux ans... Heureusement j'étais efficace mais alors la plaie! J'ai pu me farcir toutes les études de Kreutzer, de Dont prioritairement celles en doubles cordes...rebosser mes sevcik préférés op7/8/9, quelques caprices de Paganini et du répertoire qui pique Sarasate and co! :)
Et je m'intéresse à plein plein de trucs je ne fais jamais que du violon en fait, j'ai toujours plusieurs trucs sur le feu, ça fait marrer mes potes mais je ne sais pas si je ferais ça toute ma vie ou pas quoi, j'apprends des langues étrangères je me tâte à faire un Master de philo, je joue de l'alto à fond, je débute la musique ancienne enfin bref je dois encore apprendre à me canaliser sur certains trucs faudrait voir à arrêter la crise d'ado quoi! Je ne suis pas sûre de faire toujours ce métier là dans dix ans et d'un autre côté je ne peux pas vivre sans... Ce qui est sûr c'est que j'aurais eu trop de regrets à ne pas tenter la musique à fond.
Dernière modification par Anthurium le lun. 10 juil. 2017 16:52, modifié 1 fois.
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
LionelB
Généreux donateur
Messages : 1848
Inscription : dim. 18 sept. 2016 12:08
Pratique du violon : 20
Sexe : Homme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par LionelB » lun. 10 juil. 2017 16:46

Merci pour ce témoignage c'est intéressant et enrichissant. :) :super:
"Impose ta chance, sers ton courage, va vers ton risque : à te regarder ils s'habitueront."
René Char

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 571
Inscription : lun. 15 déc. 2014 14:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par PhilippeB » lun. 10 juil. 2017 16:57

Haha donc ce garçon a été ton pygmalion en quelque sorte! Effectivement c'est très atypique comme parcours et ton paternel a dû se faire du mouron :hehe: Du coup as-tu pu passer les diplômes pour enseigner? Ca n'était pas trop tard? Moi j'étais plutôt poussé par ma mère à l'époque et il n'y a pas si longtemps elle m'a ressorti que vraiment j'aurais dû être pianiste! L'idée fixe quoi! C'est vrai que je ne m'éclate pas des masses dans mon boulot actuel alors ça peut ouvrir la porte à certains regrets... Mais cette année post bac où tout a basculé avait été vraiment trop éprouvante, y compris au plan psychologique, et quand ils ont eu la gentillesse de bien vouloir m'accepter en prépa, malgré ce que je présentais comme une année sabbatique, j'ai été bien content de me retrouver à nouveau sur les bancs de l'école! Mais bon si j'avais eu une muse à cette époque-là qui sait? Peut-être aurais-je trouvé la force de persévérer dans la musique moi aussi :rolleyes: Malheureusement (ou heureusement) c'était plutôt l'inverse avec un très gros chagrin d'amour cette année là :pleur4:

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 17:23

Oui Pygmalion je ne dirais pas ça la rupture a beaucoup piqué! Mais justement j'ai réalisé que je ne voulais dépendre de personne ni de papa ni d'un amoureux ensuite alors ça m'a poussée à l'autonomie! ;)
Pour les diplômes j'ai tout validé sans problème, j'ai un joli Dem de violon avec sa jolie mention et deux DE. Pour l'âge je n'aurais pas pu faire ça sur Paris c'est clair, avec toutes mes *onneries j'ai perdu des années, mais l'avantage de la musique c'est que justement à cet âge on progresse encore en bossant, du coup j'ai pris du niveau sur l'instrument même si rien n'avançait sur le papier en terme de diplômes tout ça...mais quand j'y pense je me dis qu'il y a quand même plus direct comme parcours :) du moment où j'ai quitté Paris ça c'est fait tout seul en cravachant un peu et en ne laissant passer aucune occaz ( concert, concours, cacheton, etc).

Mes parents ne sont pas musiciens mais comme ils se sont emmerdés au boulot toute leur vie ils ont été très très compréhensifs surtout ma mère qui faisait le tampon entre mon père et moi! Mais lui aurait voulu que je fasse autre chose: archéologie ou sciences po quoi...beh pas moi ;)

Bref toutes les voies peuvent mener à Rome mais il ne faut pas avoir peur de mouiller le maillot et de passer par New Delhi, Bagdad, Caracas... ;)
Mon prof d'alto dit que je ne suis pas très scolaire...difficile de ne pas lui donner raison hein ;)
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 571
Inscription : lun. 15 déc. 2014 14:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par PhilippeB » lun. 10 juil. 2017 17:58

Est-ce que le DE te permet d'enseigner dans n'importe quel conservatoire? A mon époque on parlait du CA pour être prof en CNR par exemple. Est-ce que ça existe toujours ce diplôme?
Et ils ne t'ont jamais bassiné avec la musique contemporaine? (Enfin il y en a qui aime ça). Moi ma prof de piano avait 2 spécialités : la musique espagnole (type Albeniz, De Falla, Granados,..) et la musique contemporaine (ou elle faisait pas mal de créations, enregistrait des CDs, etc.). Mais moi c'était vraiment pas mon truc! :gene3:

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 18:44

Avec un DE tu peux enseigner de partout à condition qu'on te recrute! Le diplôme au dessus reste le CA (un peu comme le capes et l'agreg quoi), que j'aurais peut-être plus tard, l'espoir fait vivre! hahaha.
Dans un CRR tu as des profs à CA c'est obligatoire pour un CRR mais tu as aussi des profs à DE; dans le CRR le plus proche de chez moi en violon tu as 3 CA et 1 DE.
La musique contemporaine j'en joue un peu, j'aime bien, c'est assez vaste en fait, tu as des trucs sans intérêt, des trucs où c'est clairement de l'enfumage et des pièces qui resteront peut-être!
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11561
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Malkichay » lun. 10 juil. 2017 19:57

Le CAP de tronçonneuse est-il obligatoire pour enseigner ? :huh:
Moderato ma non troppo

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 20:17

:-( hélas non toujours pas... :pleur4:
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
LionelB
Généreux donateur
Messages : 1848
Inscription : dim. 18 sept. 2016 12:08
Pratique du violon : 20
Sexe : Homme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par LionelB » lun. 10 juil. 2017 20:42

Pendant que l'on y est... tu nous expliques ton avatar ? Il est très intriguant :ghee:
"Impose ta chance, sers ton courage, va vers ton risque : à te regarder ils s'habitueront."
René Char

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1691
Inscription : mer. 24 nov. 2004 19:55
Pratique du violon : 26
Sexe : Femme

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Anthurium » lun. 10 juil. 2017 22:17

C'est suite à un délire sur le forum il y a très longtemps, j'ai eu plusieurs avatars au départ un bonhomme triste sous un nuage, puis Anita Ekberg dans la fontaine de Trévi et un jour la poupée russe grognon et quelqu'un m'a fait le rajout de la tronçonneuse et c'est resté, mais ça date ça date et j'aime bien ça m'a toujours fait marrer :)
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11561
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Malkichay » lun. 10 juil. 2017 23:02

C'est Isabelg qui t'a affublé d'une tronçonneuse. Je ne me rappelle plus d'où le délire était parti... :D
Moderato ma non troppo

Avatar de l’utilisateur
Claire91
Généreux donateur
Messages : 5028
Inscription : mer. 13 mai 2009 16:41
Pratique du violon : 0
Sexe : Femme
Localisation : Essonne
Contact :

Re: Jusqu'où peut-on progresser?

Message par Claire91 » lun. 10 juil. 2017 23:33

Elle avait aussi mis mon chapeau sur la tête de pif-paf, d'ailleurs...
Mais pareil, je ne me rappelle plus non plus l'origine de cette tronçonneuse.

Edit : En fait, ça a commencé là : viewtopic.php?f=2&t=5145&start=1680#p107789

L'avatar avec tronçonneuse arrive peu après.
Je crois que c'est Isa, qui menaçait tout le monde de sa tronçonneuse.
Et qu'elle te l'avait offerte :)
Mon blog musical : Des fourmis dans les doigts

Répondre